Qu’est-ce que le cloud computing ? Vous trouvez que le Système d’Information dont vous avez la charge est dépassé et vous aimeriez convaincre les dirigeants de votre entreprise par ce que le cloud computing peut vous apporter ? Mais connaissez-vous les différentes solutions en mode cloud et de quelle manière les exploiter ? Dans cet article, vous découvrirez les grands principes de fonctionnement du cloud computing et les différents types de solutions existantes, pour trouver celle qui convient le mieux à vos besoins métiers.

Ce que le Cloud Computing signifie pour le DSI

Le cloud computing consiste à externaliser une partie ou l’ensemble de l’infrastructure informatique, comprenant le hardware (serveurs et réseaux) et le software (logiciels et applications). Les ressources informatiques de l’entreprise sont ainsi hébergées par un prestataire ou fournisseur de service qui les redistribue à chaque usager. L’entreprise est donc facturée en fonction de sa consommation réelle (ou éventuellement au forfait).

Le cloud computing s’appuie sur plusieurs technologies :

  • Internet : les données et documents de l’entreprise sont stockés sur une interface intuitive, accessible par le biais du web (après authentification de l’usager).
  • La puissance de calcul : la mutualisation des processeurs permet de minimiser la durée de traitement des tâches.
  • La virtualisation : elle permet de faire coexister plusieurs systèmes d’exploitation au sein d’un même serveur et de partitionner celui-ci pour garantir un cloisonnement entre les ressources allouées à différents usagers.

De nombreux services sont dispensés sous la forme du cloud : logiciels de messagerie, plateformes de streaming, services de stockage et de partage de fichiers… Dans tous les cas, il s’agit d’accéder à des données par le biais d’une simple connexion à Internet, sans avoir besoin d’héberger localement celles-ci. Dès lors, l’on comprend aisément les avantages que peuvent tirer les entreprises qui utilisent le cloud computing. Elles n’ont plus besoin de posséder et assurer la maintenance de leurs serveurs, d’acquérir les licences onéreuses de plusieurs logiciels ou encore d’allouer des ressources à la mise à jour et l’entretien du parc informatique. Le cloud est à la fois flexible, nomade… et économique.

Les différents types de Cloud Computing

Il existe trois types de services cloud :

  • Cloud en mode SaaS (Software as a Service) : le fournisseur de services héberge les applications et logiciels dont l’entreprise a besoin. Celle-ci n’a pas à acquérir une ou plusieurs licences et ne rémunère son prestataire qu’en fonction de sa consommation.
  • Cloud en mode IaaS (Infrastructure as a Service) : il offre la possibilité aux entreprises de louer toute la partie hardware (serveurs, racks de stockage, réseaux). Le fournisseur prend en charge les opérations de maintenance, comprises dans le forfait.
  • Cloud en mode PaaS (Platform as a Service) : le fournisseur met à la disposition des usagers un environnement propre au développement et à la gestion des applications logicielles (un CRM propriétaire, par exemple).

 

IaaS_vs_PaaS_vs_SaaS_Cloud_Computing

IaaS vs PaaS vs SaaS

 

L’on recense trois types de déploiement :

  • Le cloud privé : une infrastructure unique est allouée à une seule entreprise, accessible par VPN.
  • Le cloud public : les services et les serveurs sont mutualisés et partagés entre plusieurs clients.
  • Le cloud hybride : regroupe des clouds privés et publics grâce à un partitionnement des ressources.

 

A lire dans notre dossier Cloud Computing :

Originally posted 2018-01-18 11:29:04.